Tao de l’Être joyeux : liberté intérieure et maturité humaine

Tao de l’Être joyeux : qu’entend-on part là ?

Par « Tao de l’Être joyeux », nous entendons le chemin d’auto-guérison corporelle, émotionnelle et spirituelle facilitant la manifestation dans le Monde de notre Nature profonde, joyeuse par essence ; manifestation qui implique un processus de « percée », de libération de notre Être joyeux, aux travers de nos armures, carapaces, conditionnements.

Percée de notre Être joyeux, qui, selon notre expérience, peut-être encouragée et stimulée par trois voies complémentaires, la voie du corps, la voie des émotions et la voie de l’esprit que nous vous proposons d’emprunter simultanément au sein et avec l’accompagnement de l’Institut LITAO.

Voie du corps : pratiques corporelles et énergétiques taoïstes

panel essentiel de pratiques simples et puissantes : éveil énergétique, qi gong d’ancrage, de nettoyage, étirements dao yin, tao yin yoga (au sol), auto-massage acupression, tao de la femme et tao de l’homme…


Voie des émotions : chi-nei-tsang et alchimie émotionnelle

soin-massage énergétique chi-nei-tsang,
méditations et accompagnements d’alchimie émotionnelle…


Voie de l’esprit : alchimie interne et accompagnement sur les chemins de l’Être

Alchimie interne taoïste (nei dan) sur les chemins de notre Nature profonde

(auto-)accompagnement sur les chemins de la liberté intérieure, la maturité humaine et de l’Être, joyeux par essence.

dans la bienveillance et l’accueil inconditionnel de votre personne, dans le plus profond respect des croyances de chacun·e, vous aider à donner du sens à votre vie, faciliter vos transformations-aspirations à Être et leur concrétisation au plan personnel, familial, social, professionnel…

(Auto-)Accompagnement de la percée de votre Être, joyeux par essence

(Auto-)Accompagnement de la percée de votre Être, joyeux par essence

Notre proposition est d’accompagner la percée de votre Être joyeux par essence, ce qui implique très certainement, d’une part, une maturation, un cheminement sur la voie de la maturité, au sens de Graf Dürckheim (voir ci-dessous et, d’autre part, une investigation de nature spirituelle, afin de répondre à « notre besoin naturel et universel de sens et de cohérence avec nous-mêmes, autrui et l’univers » , reprenant par là les propos de Jacques Besson (voir nos valeurs et visions).

En respectant profondément vos croyances, nous vous proposons un accompagnement humaniste, holistique et d’inspiration spirituelle sur les chemins de l’Être, joyeux par essence.

Quant nous parlons d’auto-accompagnement, c’est pour indiquer que, notre objectif étant que vous soyez le plus rapidement autonome, nous vous proposons des stages/sessions vous permettant d’acquérir les outils essentiels pour cheminer par vous-même : pratiques corporelles et énergétique de nettoyage, travail sur la respiration, formes clés de méditation, principes, textes inspirants de diverses traditions…

En complément, nous vous proposons des sessions d’accompagnement individuel – selon vos besoins du moment, ponctuelles ou périodiques – pour asseoir votre pratique et pour vous aider à dépasser les inévitables écueils et blocages qui peuvent survenir sur la Voie.

Liberté intérieure et Maturité humaine

Nous connaissons tous […] des êtres qui […] malgré des conditions de vie difficiles ou même misérables, rayonnent d’une allégresse remarquable. C’est qu’ils manifestent une liberté intérieure. Et ce rayonnement qu’indique-t-il ? Evidemment une vie spirituelle qui rend l’homme indépendant des conditions extérieures. Cet état, assez rare du reste, ne vient pas tout seul. Il est le fruit de ce que nous appelons la « maturation humaine ».

Karlfried Graf Dürckheim in L’Homme et la Connaissance
Karfried Graf Dürckheim

Le coefficient de maturité, c’est le temps qui sépare le moment où l’on commet une faute et le moment où on s’en rend compte qu’on a commis cette faute.

Chez l’homme mûr, ce temps devient de plus en plus court. M’importe moins ce que l’homme est que ce qu’il devient. L’essence des choses c’est ce que l’on distingue de l’apparence des choses. L’essence c’est la réalité profonde, on peut l’appeler la Vie, ce qui fait que tout ce qui vit…vit.

Le mot essentiel, pour moi, indique une expérience, et non un concept. Les philosophes transforment les expériences en concepts, la sagesse orientale se sert des mots pour indiquer des expériences qu’on ne peut définir. Ce n’est que dans la rencontre personnelle avec des expériences profondes que ce que j’appelle l’essentiel a, et maintient, sa réalité

Se rendre compte que l’expérience vécue représente une chance pour son existence, alors, on pourra cultiver le champ de son existence, pour y retrouver l’essentiel que s’est manifesté le temps d’une expérience. Ce travail commence avec le développement de l’organe du goût de l’essentiel, le corps que nous sommes.

Karlfried Graf Dürckheim in Le Centre de l’Être (propos recueillis par Jacques Castermane)

Pour aller plus loin