Nos yeux nous appartiennent. Notre cœur nous appartient. Notre foie nous appartient. Si nous ne pouvons aimer notre propre cœur et notre propre foie, comment pourrions-nous aimer quelqu’un d’autre ?

Thich Nhat Hanh, in La Plénitude de l’Instant